En cette fin d'année 2016, c'est l'occasion de faire un point sur les évènements qui ont marqué le crowdfunding immobilier cette année.


1. Sorties positives

Fait le plus marquant, les premières sorties positives ont eu lieu. Sur les 42 projets remboursés, 36 l'ont été cette année. Les plateformes qui ont longtemps communiqué sur les montants levés peuvent enfin communiquer sur les montants remboursés. Le financement participatif fait ses preuves et de nouveaux investisseurs vont certainement se laisser tenter en 2017. HelloCrowdfunding publie mensuellement le baromètre du crowdfunding immobilier.


2. Classement des plateformes

Il est difficile d'établir un classement des plateformes, tout dépend de vos critères. D'un côté les plateformes généralistes initialement orientées vers le financement des start-ups, se sont lancées dans le financement participatif immobilier suite à la forte demande des investisseurs et à leur besoin de rentabilité court terme. Anaxago et Wiseed sont les leaders sur le segment immobilier en termes de montant collecté (autour de 30 millions d'euros chacune). Elles ont effectué une dizaine de sorties positives chacune (autour de 5 millions d'euros pour Wiseed et 3 millions pour Anaxago).

D'un autre côté les plateformes pure players orientées uniquement vers l'immobilier et dirigées par des personnes issues de la promotion immobilière. Les volumes collectés sont plus faibles (entre 3 et 6 milions d'euros). Les leaders sont Lymo, Crowdfunding-immo et Fundimmo.

Enfin, de nouvelles plateformes CIP se sont lancées en 2016, d'autres plateformes continuent à proposer des investissements sans avoir l'agrément CIP, d'autres plateformes avec agrément ont une activité faible ou inexistante.


3. Ticket moyen

Le ticket moyen constaté par HelloCrowdfunding est de 6.795 euros, ce qui révèle des disparités entre les plateformes. Certaines plateformes privilégient la foule (crowd) en proposant un ticket d'entrée faible à 100 euros ou en limitant le montant par investisseur. D'autres plateformes s'ouvrent aux investisseurs institutionnels ou family offices capables d'investir plusieurs dizaines de milliers d'euros.

Des plateformes sont victimes de leur succès, des collectes étant clôturées en quelques minutes. Ceci provoque le mécontentement des investisseurs non servis et pose la question du ticket maximum. En tous cas celà démontre le fort engouement pour le financement participatif immobilier.


4. Typologie de projet

Les projets proposés sont plutôt des projets résidentiels, peu de commerces. Beaucoup de projets sont des projets de promotion immobilière, mais de plus en plus d'opérations de marchands de biens ou de lotissage sont proposées, car elles présentent moins de risques, moins de travaux et généralement plus de marge dans des délais plûtot courts.


5. Cadre réglementaire

L'investissement se fait le plus souvent sous forme de SAS (Société par Actions Simplifiée) et d'émissions d'obligations. Cette combinaison est la plus protectrice pour l'investisseur. De façon marginale, des opérations sont proposées sous formes d'actions.

A l'initiative de l'ancien minsitre Emmanuel Macron, le décret du 28/10/2016 met en place des mesures en faveur du financement participatif sous forme d’investissement et de prêt. Les plateformes CIP peuvent désormais proposer des projets plafonnés à 2.5 millions d'euros et utiliser de nouveaux instruments financiers. Autre mesure phare, le minibon, une nouvelle catégorie de bons de caisse.

Une plateforme a obtenu le statut PSI. Quelles sont les différences entre les agréments PSI et CIP ?


6. Mises en garde

Attention à la fiscalité, qui est celle des revenus mobiliers. Un rendement de 10% brut est soumis à l'impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux.

Le crowdfunding immobilier reste un investissement comportant des risques.

Le crowdfunding locatif n'a toujours pas de cadre réglémentaire.


HelloCrowdfunding vous souhaite de bonnes fêtes 2016 et une foultitude de sorties positives en 2017.