Au vu du baromètre du crowdfunding immobilier au 30/04/2018, on constate une certaine stabilité des montants collectés en ce début d'année. En effet au 30/04/2017, 69 projets avaient été financés à hauteur de 33 millions d'euros. Au 30/04/2018, 73 projets ont été financés à hauteur de 35 millions d'euros. Le marché serait-il devenu atone ?



Très peu de nouveaux acteurs

Hellocrowdfunding recense actuellement 30 plateformes, la plupart ayant un agrément réglementaire (IFP ou CIP ou PSI). Parmi ces plateformes, certaines n'ont tout simplement toujours aucun statut. D'autres plateformes sont plus ou moins inactives, ne proposant plus aucun nouveau projet. Enfin, d'autres plateformes ont même disparu, leur site internet ne fonctionnant plus.

Par ailleurs, peu de nouvelles plateformes sont apparues. On peut estimer que seules une quinzaine de plateformes sont véritablement actives. Il y'a donc moins de plateformes actives en 2018 qu'en 2017.


Des plateformes plus actives que d'autres

Parmi les plateformes actives, certaines ont proposé beaucoup moins de projets en 2018 qu'en 2017. Est-ce que ces plateformes proposent moins de projets à la foule, mais leurs projets se font plutôt en off, en club deal, en family office, en asset management ? Sont-elles plus sélectives qu'auparavant ?

A l'opposé, d'autres plateformes ont un rythme soutenu et proposent plusieurs projets par mois. Les critères de gestion du risque sont-ils alors toujours respectés (permis de construire purgé, taux de pré-commercialisation élevé, garanties obtenues, etc...) ?

De plus en plus de projets prennent du retard ou sont en difficultés. La communication avec les promoteurs n'est pas toujours évidente, certains doivent être rappelés à l'ordre, des fois par voie judiciaire.


La demande des investisseurs est croissante

La demande des investisseurs est bien là, le crowdfunding immobilier n'étant plus décrit systématiquement comme un placement à haut risque. Il fait désormais partie des placements à envisager pour booster son épargne. Le track record se construit progressivement au fur et à mesure que les projets sont remboursés.


Mais est-ce que le marché est assez profond du côté des promoteurs ?

La plus grande difficulté est de faire connaitre le financement participatif aux opérateurs immobiliers et de les convaincre. Il faut continuer à proposer des projets sur lesquels notamment le risque administratif et le risque commercial sont maîtrisés, à savoir permis de construire purgé et pré-commercialisation bien avancée (au moins 50%)

D'après plusieurs statistiques, la demande serait en baisse sur le marché du neuf. Le marché serait donc orienté à la baisse malgré des taux de crédit exceptionnellement bas.


Où en est le crowdfunding locatif ?

Une autre forme de financement participatif immobilier est le crowdfunding locatif qui consiste à regrouper plusieurs investisseurs pour acheter et mettre en location un actif immobilier. Peu d'acteurs sur ce marché pour le moment, un agrément est toujours attendu. Celui-ci arrivera peut-être cette année.